Livres

Ci-dessous seront présentés les extraits les plus intéressants pour la cause démocratique de la définition du mot “Livre” fournie par l’encyclopédie de Diderot :

“Depuis la décadence de la langue latine, les auteurs semblent être moins curieux de bien écrire que d’écrire de bonnes choses ; de sorte qu’un livre est communément regardé comme bon, s’il parvient heureusement au but que l’auteur s’étoit proposé, quelques fautes qu’il y ait d’ailleurs. Ainsi un livre peut être bon, quoique le style en soit mauvais, par conséquent un historien bien informé, vrai & judicieux ; un philosophe qui raisonne juste & sur des principes sûrs ; un théologien orthodoxe, & qui ne s’écarte ni de l’Ecriture, ni des maximes de l’Eglise primitive, doivent être regardés comme de bons auteurs, quoique peut-être on trouve dans leurs écrits des défauts dans des matieres peu essentielles, des négligences, même des defauts de style. Voyez Baillet, jug. des sav. t. I. c. vij. p. 24. & suiv.”

“On s’est beaucoup plaint de la multitude prodigieuse des livres, qui est parvenue à un tel degré, que non-seulement il est impossible de les lire tous, mais même d’en savoir le nombre & d’en connoître les titres. Salomon se plaignoit il y a trois mille ans de ce qu’on composoit sans fin des livres ; les savans modernes ne sont ni plus retenus, ni moins féconds que ceux de son tems. Il est plus facile, dit un des premiers, d’épuiser l’océan que le nombre prodigieux de livres, & de compter les grains de sable, que les volumes qui existent. On ne pourroit pas lire tous les livres, dit un autre, quand même on auroit la conformation que Mahomet donne aux habitans de son paradis, où chaque homme aura 70000 têtes, chaque tête 70000 bouches, dans chaque bouche 70000 langues, qui parleront toutes 70000 langages différens. Mais comment ce nombre s’augmente-t-il ? Quand nous considérons la multitude de mains qui sont employées à écrire, la quantité de copistes répandus dans l’orient, occupés à transcrire, le nombre presqu’infini de presses qui roulent dans l’occident ; il semble étonnant que le monde puisse suffire à contenir ce que produisent tant de causes. L’Angleterre est encore plus remplie de livres qu’aucun autre pays, puisqu’outre ses propres productions, elle s’est enrichie depuis quelques années de celles des pays voisins. Les Italiens & les François se plaignent, que leurs meilleurs livres sont enlevés par les étrangers. Il semblent, disent-ils, que c’est le destin des provinces qui composoient l’ancien empire romain, que d’être en proie aux nations du nord. Anciennement elles conquéroient un pays & s’en emparoient ; présentement elles ne vexent point les habitans, ne ravagent point les terres, mais elles en emportent les sciences. Commigrant ad nos quotidiè callidi homines, pecuniâ instructissimi, & præclaram illam musarum supellectilem, optima volumina nobis abripiunt ; artes etiam ac disciplinas paulatim abducturi aliò, nisi studio & diligentiâ resistatis. Voyez Barthol. de libr. legend. dissertat. 5. pag. 7. Heuman. via ad histor. litter. c. vj. parag. 43. pag. 338. Facciol. orat. 1. mem. de Trev. ann. 1730. pag. 1793.”

Disons quelque chose de plus précis. Les marques plus particulieres de la bonté d’un livre, sont

1°. Si l’on sait que l’auteur excelle dans la partie absolument nécessaire pour bien traiter tel ou tel sujet qu’il a choisi, ou s’il a déja publié quelqu’ouvrage estimé dans le même genre. Ainsi l’on peut conclure que Jules-César entendoit mieux le métier de la guerre que P. Ramus ; que Caton, Palladius & Columelle savoient mieux l’Agriculture qu’Aristote, & que Ciceron se connoissoit en éloquence tout autrement que Varron. Ajoûtez qu’il ne suffit pas qu’un auteur soit versé dans un art, qu’il faut encore qu’il possede toutes les branches de ce même art. Il y a des gens par exemple, qui excellent dans le Droit civil, & qui ignorent parfaitement le Droit public. Saumaise, à en juger par ses exercitations sur Pline, est un excellent critique, & paroit très-inférieur à Milton dans son livre intitulé defensio regia.

2°. Si le livre roule sur une matiere qui demande une grande lecture, on doit présumer que l’ouvrage est bon, pourvû que l’auteur ait eu les secours nécessaires, quoiqu’on doive s’attendre à être accablé de citations, sur-tout, dit Struvius, si l’auteur est jurisconsulte.

3°. Un livre, à la composition duquel un auteur a donné beaucoup de tems, ne peut manquer d’être bon. Villalpand, par exemple, employa quarante ans à faire son commentaire sur Ezéchiel ; Baronius en mit trente à ses annales ; Gousset n’en fut pas moins à écrire ses commentaires sur l’hébreu, & Paul Emile son histoire. Vaugelas & Lamy en donnerent autant, l’un à sa traduction de Quinte-Curce, l’autre à son traité du temple. Em. Thesauro fut quarante ans à travailler son livre intitulé, idea argutæ dictionis, aussi-bien que le jésuite Carra, à son poëme appellé colombus. Cependant ceux qui consacrent un tems si considérable à un même sujet, sont rarement méthodiques & soutenus, outre qu’ils sont sujets à s’affoiblir & à devenir froids ; car l’esprit humain ne peut pas être tendu si long-tems sur le même sujet sans se fatiguer, & l’ouvrage doit naturellement s’en ressentir. Aussi a-ton remarqué que dans les masses volumineuses, le commencement est chaud, le milieu tiede, & la fin froide : apud vastorum voluminum autores, principia fervent, medium tepet, ultima frigent. Il faut donc faire provision de matériaux excellens, quand on veut traiter un sujet qui demande un tems si considérable. C’est ce qu’observent les écrivains espagnols, que cette exactitude distingue de leurs voisins. Le public se trompe rarement dans les jugemens qu’il porte sur les auteurs, à qui leurs productions ont coûté tant d’années, comme il arriva à Chapelain qui mit trente ans à composer son poëme de la Pucelle, ce qui lui attira cette épigramme de Montmaur.

Illa Capellani dudum expectata puella
Post tanta in lucem tempora prodit anus.

Quelques-uns, il est vrai, ont poussé le scrupule à un excès misérable, comme Paul Manuce, qui employoit trois ou quatre mois à écrire une épître, & Isocrate qui mit trois olympiades à composer un panégyrique. Quel emploi ou plûtôt quel abus du tems !

4°. Les livres qui traitent de doctrine, & sont composés par des auteurs impartiaux & desintéressés, sont meilleurs que les ouvrages faits par des écrivains attachés à une secte particuliere.

5°. Il faut considérer l’âge de l’auteur. Les livres qui demandent beaucoup de soin, sont ordinairement mieux faits par de jeunes gens que par des personnes avancées en âge. On remarque plus de feu dans les premiers ouvrages de Luther, que dans ceux qu’il a donnés sur la fin de sa vie. Les forces s’énervent avec l’âge ; les embarras d’esprit augmentent ; quand on a déjà vécu un certain tems, on se confie trop à son jugement, on néglige de faire les recherches nécessaires.

6°. On doit avoir égard à l’état & à la condition de l’auteur. Ainsi l’on peut regarder comme bonne une histoire dont les faits sont écrits par un homme qui en a été témoin oculaire, ou employé aux affaires publiques ; ou qui a eu communication des actes publics ou autres monumens authentiques, ou qui a écrit d’après des mémoires sûrs & vrais, ou qui est impartial, & qui n’a été ni aux gages des grands, ni honoré, c’est-à-dire corrompu par les bienfaits des princes. Ainsi Salluste & Cicéron étoient très-capables de bien écrire l’histoire de la conjuration de Catilina, ce fameux évenement s’étant passé sous leurs yeux. De même Davila, Commines, Guichardin, Clarendon, &c. qui étoient présens à ceux qu’ils décrivent. Xénophon, qui fut employé dans les affaires publiques à Sparte, est un guide sûr pour tout ce qui concerne cette république. Amelot de la Houssaye, qui a vécu long-tems à Venise, a été très-capable de nous découvrir les secrets de la politique de cet état. Cambden a écrit les annales de son tems. M. de Thou avoit des correspondances avec les meilleurs écrivains de chaque pays. Puffendorf & Rapin Toyras ont eu communication des archives publiques. Ainsi dans la Théologie morale & pratique on doit considérer davantage ceux qui sont chargés des fonctions pastorales & de la direction des consciences, que les auteurs purement spéculatifs & sans expérience. Dans les matieres de Littérature, on doit présumer en faveur des écrivains qui ont eu la direction de quelque bibliotheque.

7°. Il faut faire attention au tems & au siecle où vivoit l’auteur, chaque âge, dit Barclai, ayant son génie particulier. Voyez Barthol. de lib. legend. dissert. pag. 45. Struv. lib. cit. c. v. parag. 3. pag. 390. Budd. dissert. de crit. boni libri, parag. 7. p. 7. Heuman. comp. reip. litter. pag. 152. Struv. lib. cit. parag. 4. pag. 393. Miscell. Leps. tom. 3. pag. 287. Struv. lib. cit. par. 5. pag. 396 & suiv. Baillet, ch. x. pag. & ch. ix. pag. 378. Id. c. 1. pag. 121 & suiv. Barthol. dissert. 2. pag. 3. Struv. parag. 6. pag. 46. & parag. 15. pag. 404 & 430. Heuman. Via ad histor. litter. c. vij. parag. 7. pag. 356.

Quelques-uns croient qu’on doit juger d’un livre d’après sa grosseur & son volume, suivant la regle du grammairien Callimaque ; que plus un livre est gros, & plus il est rempli de mauvaises choses, μέγα βιβλίον μέγα κακόν. Voyez Barthol. lib. cit. Dissert. 3. pag. 62 & sviv. & qu’une seule feuille des livres des sibylles étoit préférable aux vastes annales de Volusius. Cependant Pline est d’une opinion contraire, & qui souvent se trouve véritable ; savoir, qu’un bon livre est d’autant meilleur qu’il est plus gros, bonus liber melior est quisque, quo major. Plin. epist. 20. lib. I. Martial nous enseigne un remede fort aisé contre l’immensité d’un livre, c’est d’en lire peu.

Si nimius videar, serâque coronide longus
Esse liber, legito pauca, libellus ero.

Ainsi la briéveté d’un livre est une présomption de sa bonté. Il faut qu’un auteur soit ou bien ignorant, ou bien stérile, pour ne pouvoir pas produire une feuille, ni dire quelque chose de curieux, ni écrire si peu de lignes d’une maniere intéressante. Mais il faut bien d’autres qualités pour se soutenir egalement, soit dans les choses, soit dans le style, dans le cours d’un gros volume : aussi dans ceux de cette derniere espece un auteur est sujet à s’affoiblir, à sommeiller, à dire des choses vagues ou inutiles. Dans combien de livres rencontre-t-on d’abord un préambule assommant, & une longue file de mots superflus avant que d’en venir au sujet ? Ensuite, & dans le cours de l’ouvrage, que de longueurs & de choses uniquement placées pour le grossir ! C’est ce qui se rencontre plus rarement dans un ouvrage court où l’auteur doit entrer d’abord en matiere, traiter chaque partie vivement, & attacher également le lecteur par la nouveauté des idées, & par l’énergie ou les graces du style ; au lieu que les meilleurs auteurs mêmes qui composent de gros volumes, évitent rarement les détails inutiles, & qu’il est comme impossible de n’y pas rencontrer des expressions hazardées, des observations & des pensées rebattues & communes. Voyez le Spectateur d’Adisson, n. 124.

Voyez ce qui concerne les livres dans les auteurs qui ont écrit sur l’histoire littéraire, les bibliotheques, les Sciences, les Arts, &c. sur-tout dans Salden. Christ. Liberius, id est Gull. Saldenus, βιβλιοφιλία, sive de libr. scrib. & leg. Hutrecht 1681 in-12 & Amster. dam 1688 in-8°. Struvius, introd. ad hist. litter. c. v. parag. 21. pag. 454. Barthol. de lib. legend. 1671. in-8°. & Francof. 1711 in-12. Hodannus, dissert. de lib. leg. Hanov. 1705. in-8°. Sacchinus, de ratione libros cum profectu legendi. Lips. 1711. Baillet, jugement des Savans sur les principaux ouvrages des auteurs, tome I. Buddeus, de criteriis boni libri. Jenæ 1714. Saalbach, schediasma, de libr. veterum griphis. 1705. in-4°. Fabricius, bibl. ant. c. xix. part. VII. p. 607. Reimman, idea system. antiq. litter. pag. 229 & suiv. Gabb. Putherbeus, de tollendis & expurgandis malis libris parti. 1549. in-8°. Struvius, lib. cit. c. viij. p. 694 & suiv. Théophil. Raynaud, cromata de bonis & malis libris, Iyon 1683. in-4°. Morhoff, polyhistor. litter. l. I. c. xxxvj. n. 28. p. 117. Schufner, dissert. acad. de multitud. libror. Jenoe, 1702 in-4°. Lauffer, dissert. advers. nimiam libr. multitud. Voyez aussi le journal des savans, tome XV, pag. 572. chr. got. Schwartz, de or. lib. apud veter. Lips. 1705 & 1707. Reimm. idea system. ant. litter. p. 335. Erenius, de libr. scriptor. optimis & utilis. Lugd. Batav. 1704. in-8°. dont on a donné un extrait dans les act. érudit. Lips. ann. 1704. p. 526 & suiv. On peut aussi consulter divers autres auteurs qui ont écrit sur la même matiere.”

“Tous ces livres ou écritures se tiennent presque de la même maniere pour le fond dans les principales villes de commerce de l’Europe, mais non pas par rapport aux monnoies, chacun se réglant à cet égard sur celles qui ont cours dans les états où il se trouve établi.

En France, les livres de marchands & banquiers se tiennent par livres, sols & deniers tournois, la livre valant vingt sols, & le sols douze deniers.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s