Tag Archives: coordination rédactionnelle

Ministry of Information Photo Division Photographer - http://media.iwm.org.uk/iwm/mediaLib//43/media-43894/large.jpg This is photograph D 20472 from the collections of the Imperial War Museums.

Le Monde Démocratique

Le monde diplomatique existe parce qu’il y a des frontières. Justifiant l’existence d’une science : la diplomatie.

Pensez vous que l’Humanité s’encombrera encore longtemps de frontières ? Qu’est-ce qui sépare notre réalité avec frontières de la prochaine réalité sans frontière ? Des guerres, des famines, des gens qui meurent derrières des barbelés, des humiliations, des mensonges, la science politique en fait ?

Comment appellerons nous le régime d’une humanité sans frontières ?

Ne serait-ce pas un monde démocratique ?

Un monde démocratique

La démocratie est l’égalité des femmes et des hommes en droit, dont les représentants sont tirés au sort et formés à l’exercice.

Le pouvoir divin qui se transmet par l’élection pourra peut être continuer d’exister dans quelques clubs privés sado-maso qui voudront avoir le meilleur des chefs, ceinture à la main.

Le reste des organisations sociales indispensables à la vie humaine désigneront leurs représentants par le hasard.

Oui, mais les compétences ?

Qu’est-ce qu’une compétence si ce n’est un savoir et un savoir faire transmis, ou pas.

Un incompétent est quelqu’un qui n’a pas encore appris, il suffit donc de lui apprendre pour qu’il devienne compétent.

L’Institut des Sciences Démocratique est là pour s’assurer que chaque personne tirée au sort pour exercer des fonctions administratives soit formée à cela.

Qu’est-ce qu’un journal démocratique ?

Un journal démocratique fournit une information non politique. C’est à dire que pour chaque sujet traité l’autorité attribuée politiquement (chef de service, directeur, président de l’association, membre d’une académie) n’a pas de valeur.

Par exemple, le sujet du Corona virus, la valeur de la parole d’une infirmière est égale à la valeur de la parole d’une chef infirmière.

La valeur de l’information fournie par un médecin d’un service a la même valeur que celle du chef de service.

L’élection des chefs, ou leur nomination dans le cadre d’un processus politique (donc occulte), ne permet pas d’obtenir les meilleurs, tout le monde s’en rend compte.

Partant de ce principe, si cette méthode de hiérarchisation dans un service ne permet pas de désigner le “meilleur”, pourquoi s’encombrer d’un chef qui pense être le meilleur ? Ne nous en encombrons pas.

Un journal démocratique est donc la compilation d’informations fournies sur des sujets qui intéresse par des gens compétents qui n’ont pas été consulté parce qu’ils ont été élus ou qu’ils sont nommés les “meilleurs” par une autorité qui a été élue.

A compétence égale, valeur égale.

Mais encore ?

Le journalisme politique est une publicité de personnes et de partis politiques.

Un problème se pose, différentes solutions peuvent être envisagées, mais l’article va présenter une solution traçant une ligne claire entre les méchants qui veulent pas régler le problème et les gentils qui veulent le régler de la manière dont le journaliste pense qu’il devrait être réglé. Politiquement.

Mais comment choisir un sujet ?

Les sujets aujourd’hui sont choisis par un journaliste, qui demande l’extrême onction à son rédac chef qui a été élu dans le cadre d’une élection ou désigné par le propriétaire du journal.

Une des manières de déterminer quel sujet doit avoir l’honneur d’être traité journalistiquement pourrait être d’attendre que le lectorat présente les problèmes qu’il rencontre, les décrivent brièvement (ou quand qui quoi comment pourquoi), indique quelques mots clés, puis un journaliste qui trouve le sujet intéressant s’en empare consulte des personnes compétentes (par forcément un chef, ou pas seulement) et traite le sujet, pas pour faire la pub de la personne compétente qui a un livre à vendre ou des photos à exposer, juste parce qu’il a des compétences à partager.

D’autres méthodes sont à imaginer, les journalistes qui se joindront au projet, auront la charge de les établir.

Tirage au sort de la coordination rédactionnelle

Rien n’est plus politique qu’une rédaction de journal.

Le pouvoir divin y est attribué soit par l’élection, soit par la nomination depuis une puissance d’argent ou politique.

Le rédac chef est celui qui aura su faire convergé à lui assez d’intérêts (ambitions personnelles, appétit financier, intentions politiques) pour être désigné Chef !

Comment procéder pour désigner démocratiquement une coordination ?

La rédaction se réunit et détermine les compétences nécessaires qu’elle attend de sa coordinatrice pour accepter son autorité. Parmi les membres qui disposent de ces compétences est tiré au sort la ou les membres de la coordination pour une période de temps (1, 2 ou 3 ans).

Toute l’équipe qui a intéret à ce que la rédaction fonctionne correctement appui la coordination.

Si celle-ci se sent dépassée, elle n’hésite pas à consulter l’ensemble de la rédaction pour dépasser un obstacle.

L’enjeu n’est plus d’être le meilleur, mais de fournir des conditions de rédaction optimale.